VERS LE MONDE D’APRÈS : « IMAGINER POUR ÉVITER LA CRISE »

Chasser les maux par les mots et un verre d’eau !

« La crise s’annonce terrible ! » « Ce sera bien pire que 2008 », « Du jamais vu depuis la fin de la seconde guerre mondiale ! » Sont quelques unes des projections optimistes vers l’après, signées des éditorialistes habituels qui nous servent une bonne soupe avant d’aller dormir ! Grrr, j’ai peur ! Ça fait froid dans le dos ! Le tableau est tellement noir que lorsque j’envisage la reprise je me dis que je vais sans doute rester chez moi. C’était pas mal le confinement tout compte fait ! Vous appréhendez peut-être ce moment de retourner au boulot dans ce contexte incertain, où il faut bien le reconnaître rien ne sera comme avant et il faudra quand même bosser, maintenir la boite à flot, continuer à se développer pourquoi pas, motiver ses troupes, partenaires, salariés, associés… Qu’est ce qu’on va leur dire ? Ne vous inquiétez pas certains ont de grands projets pour éviter la crise !

La dernière brillante idée que j’ai relevée nous vient du président du Medef pour qui il suffira de rallonger le temps de travail des salariés. Facile ! Monsieur Geoffroy Roux de Bézieux nous gratifie des propos suivants « il faudra bien se poser la question tôt ou tard du temps de travail, des jours fériés et des congés payés pour accompagner la reprise et faciliter, en travaillant un peu plus, la création de croissance supplémentaire » qu’il a dit le monsieur. Une idée tellement géniale qu’il a réussi à mettre en rogne non seulement les syndicats de salariés, on pouvait s’y attendre, mais aussi, de nombreux politiques de tous bords et surtout des patrons d’entreprises et non des moindres : ses propres adhérents ! Merci pour cette sortie monsieur le patron des patrons, on comptera quand même un peu moins sur vous pour construire le monde d’après ! Nous sommes d’accords, cette solution là, on ne la retient pas ! Mais alors ? Quelle solution ? Vous ne voulez sans doute pas rester sur votre canapé à ne rien faire. Vous aimez l’action, vous voulez agir, je vous comprends, je suis également de ceux là. Vous en avez sans doute marre d’ailleurs de votre canapé ! Mais, au risque de vous surprendre, je vous propose d’y rester, vous allez voir, c’est bien pour construire le monde qui vient.

Vous l’avez remarqué nous avons du temps. Beaucoup de temps. D’aucuns diront trop de temps. Soit. Alors pour ma part, je tue le temps. Je viens de regarder pendant une heure mon fil facebook, instagram, linkedin… J’ai fait le tour ! J’ai le moral dans les chaussettes. Entre les thèses complotistes, les politiques qui n’ont rien à dire et qui adorent que l’on en parle, le gouvernement qui ne sait toujours pas si l’on doit porter un masque ou se pincer le nez, et puis tout ce qu’on a déjà écrit et qui nous offre de magnifiques perspectives pour l’après, la crise de 1945 tout ça… On ne s’en sortira jamais ! En plus de ça je suis confiné, plus de liberté de bouger sous peine d’une amende carabinée… En démocratie, en France, en 2020 ! J’ai du mal à l’accepter. Avant au moins quand j’en avais marre de ma vie ici, je partais à l’étranger, je coupais le portable… et hop j’oubliais. Je revenais, je racontais aux copains mon super voyage, je reprenais ma vie, j’en avais de nouveau marre je repartais… Wouaw… Ce n’est plus de la peur, j’ai carrément des idées noires, aucune échappatoire ! J’ai soif.

Je vais à la cuisine, me servir un verre d’eau, et, dépité, à bout, je me pose sur mon fameux canapé. Je ne bois même pas, tétanisé par l’angoisse, je n’en ai pas la force. Je regarde un instant ce verre d’eau, je n’ai que ça à faire.

« L’eau c’est la vie, le verre fragile protège la vie», me dis-je !

Oui, m’asseoir sur mon canapé m’a toujours inspiré ! Si on m’a demandé de rester chez moi confiné, c’est bien pour ça, pour préserver la vie. Bon ok, j’ai compris. Sur mon canapé je préserve la vie, c’est bien beau, mais je m’ennuie toujours et mes angoisses sont toujours là. Je suis triste. On ma volé ma liberté de mouvement. Qu’est ce qu’il me reste ?

Et puis, je me mets à sourire. J’imagine ce verre d’eau à la terrasse d’un café, y a pleins de monde autour de moi, pleins d’amis, collègues, famille… et puis ce n’est plus de l’eau tiens ! Ah, mon verre d’eau est sur une plage déserte devant une eau turquoise. Il vient d’arriver en plein milieu de l’atlantique il m’accompagne pour ma transat. Il est aussi à côté de moi lorsque j’invente le vaccin contre le Covid 19. Il est encore là lorsque je développe une plateforme éolienne. Toujours là lorsque je créé la voiture solaire. Il est partout pourvu que j’imagine. Eureka ! Mes angoisses disparaissent ! Avachis sur mon canapé, je réalise que mon verre d’eau, que je préserve comme la vie, n’est autre qu’une porte vers mon imagination. Cette imagination est sans limite, elle m’aide à construire des rêves, qui deviendront des projets. Nous sommes dans cette phase de transition, nous devons faire le deuil du monde d’avant pour s’apprêter à rentrer dans le monde d’après, plus que jamais c’est le moment d’imaginer, laissons la peur de côté.

Désormais nous partageons ce secret du verre d’eau, vous y arriverez, ne vous en faites pas. Il suffit d’un canapé et d’un peu de temps. Viendra ensuite le moment de se replonger dans le passé, de s’en résilier, pour s’ancrer dans le présent et passer à la réalisation de vos projets dans le monde d’après. Je vous y aiderai si vous le souhaitez c’est mon nouveau métier que j’ai inventé en regardant un verre d’eau. En attendant, si vous angoissiez à l’idée de reprendre le boulot, si vous ne saviez pas quoi dire à ceux que vous croiserez à la reprise, à vos collègues, vos collaborateurs, associés, partenaires, mais aussi à votre famille, à vos amis… transmettez leur juste ce concept du verre d’eau. Dites leur qu’ils ne travaillerons pas plus, mais mieux. Qu’ils auront un canapé et un verre d’eau pour imaginer. Communiquez, parlez en autour de vous, transmettez ce secret qu’imaginer est un nouveau marché. Nous serons alors de plus en plus nombreux à partager les valeurs de demain, un sens des responsabilités, un engagement, un goût pour l’innovation, un esprit solidaire, une faculté à surmonter les défis sociaux, environnementaux, culturels, sanitaires, sociaux et citoyens. Autour du réseau Breizhacking nous avons tout ça et nous ferons en sorte de rassembler encore davantage ceux qui partagent notre sensibilité et nos ambitions pour un monde meilleur. Ensemble assis sur nos canapés, bientôt ce sera également ensemble que nous nous lèverons sur nos deux pieds pour réaliser nos projets sagement imaginés. Entrevoir l’avenir, c’est assez simple finalement, partageons juste un verre…D’eau… Mais vous avez compris le principe, vous pouvez tout imaginer et si c’est le remplir avec un autre breuvage c’est autorisé !

A votre santé ! Prenez soin de vous.